FER ET FERRITINE

1024 768 LAB2U

Quelle différence entre taux en fer et taux de ferritine ?Le FER est un oligo-élément, composant de l’hémoglobine, qui sert à approvisionner les différents organes en oxygène. Il est également indispensable à d’autres fonctions de l’organisme, comme la synthèse de l’ADN ou certaines réactions enzymatiques. La FERRITINE est une protéine qui permet à l’organisme de stocker des réserves en fer à l’intérieur des cellules. Elle est présente dans le sang, le foie, la rate et la moelle osseuse.

 Pourquoi et comment mesurer le fer ?

Un bilan dit “martial“ permet d’apprécier le taux de fer dans l’organisme, mais également la manière dont il est métabolisé, c’est à dire assimilé par l’organisme. Ce bilan, établi à partir d’un prélèvement sanguin, détermine la quantité de fer dans la circulation sanguine, mais également l’état des réserves de fer, ainsi que les mécanismes de compensation mis en place par l’organisme. Selon que votre médecin souhaite simplement vérifier votre état nutritionnel, soupçonne une carence ou un excès en fer ou encore une situation inflammatoire, il peut être amené à vous prescrire certaines des analyses suivantes : 

  • Le dosage du fer “sérique“ (du mot sérum), qui mesure la concentration de fer dans la circulation sanguine. Seul, il ne permet pas le diagnostic. C’est pourquoi il est toujours associé à d’autres analyses.
  • Le dosage de la ferritine “sérique“, qui reflète la quantité de fer que l’organisme a stocké pour un usage futur (“réserves“ de fer). C’est le dosage le plus souvent demandé.
  • La capacité totale de fixation en fer de la transferrine (CFTF), qui estime la quantité de fer transportée dans le sang par la transferrine (protéine qui permet le transport dans l’organisme du fer non contenu dans les globules rouges).
  • Le coefficient de saturation en fer de la transferrine, qui est le rapport du fer sérique sur la capacité de fixation (fer sérique/CFTF).

Comment interpréter les résultats ?

Fer sérique

Le taux de fer dans le sang est normalement compris entre 70 et 175 μg/dl (microgrammes par décilitre) chez les hommes et entre 50 et 150 μg/dl chez les femmes, mais il peut varier de 30 à 40% dans une même journée.

Ferritine sérique

La concentration de ferritine dans le sang se situe habituellement entre 18 et 270 ng/ml (nanogrammes par millilitre) chez l’homme, entre 18 et 160 ng/ml chez la femme, et entre 7 et 140 ng/ml chez les enfants. Quand votre fer sérique est bas et que votre ferritine est normale, il n’y a pas lieu de vous inquiéter. Par contre si votre ferritine a tendance à chuter également, vous vivez “sur vos réserves“ et il faut donc être vigilant. C’est pour cette raison que le taux de ferritine est plus significatif que celui du fer.

NB : Les valeurs dites normales peuvent légèrement varier en fonction des laboratoires, mais également en fonction de l’âge, du sexe, de l’effort physique, etc.

 Carence en fer 

Une carence en fer peut être liée à :

  • une anémie “ferriprive“, diminution du nombre des globules rouges à cause d’une carence en fer, due à l’alimentation ou à une incapacité à fixer le fer.
  • une perte de sang importante, notamment lors de menstruations abondantes ou de saignement du système digestif (ulcères, cancer du côlon,…)
  • une grossesse

Une carence relativement modérée en fer n’entraîne aucun symptôme. Une carence plus importante se traduit généralement par de la fatigue et des palpitations cardiaques. Le stade le plus sévère est l’anémie, accompagnée d’une réduction des capacités physique et intellectuelle et d’une diminution de la résistance aux infections.

Que faire ? Veiller à avoir de bonnes sources en fer dans votre alimentation, telles que :

  • Origine animale : viandes rouges, abats, boudin noir, poissons gras, fruits de mer, œufs, …
  • Origine végétale : lentilles, haricots blancs, tofu, pommes de terre, raisins et fruits secs, …

Votre médecin peut être amené à vous prescrire en complément du fer sous forme de comprimés.

Le saviez-vous ? Le fer d’origine animale est mieux absorbé que le fer d’origine végétale.

Excès en fer 

Un excès en fer peut être dû à :

  • une hémochromatose, maladie caractérisée par une surcharge en fer (ferritine >1000 ng/ml)
  • une lésion du foie (hépatite, cirrhose, …), du cœur ou du pancréas
  • une maladie inflammatoire
  • des transfusions répétées

Le symptôme le plus courant est la douleur car le fer s’accumule dans votre organisme, principalement dans les articulations, mais également dans les organes. A cette douleur, peuvent s’ajouter d’autres symptômes comme la fatigue et le manque d’énergie, une perte de libido et des problèmes cardiaques. Le traitement des excès en fer peut aller du régime alimentaire pauvre en fer à des saignées régulières pour faire baisser le niveau de fer dans l’organisme (en cas d’hémochromatose). Si la surcharge est due à des transfusions, des médicaments sont utilisés pour expulser le fer de l’organisme (chélation).

Le saviez-vous ?  Ingérer une grande quantité de fer en une seule fois, par exemple en cas de surdosage d’une supplémentation en fer, peut être très dangereux. L’intoxication au fer endommage le tube digestif, le foie, le cœur et le cerveau, et peut donc être fatale.

 Carence ou excès, une surveillance médicale régulière est vivement recommandée.

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée