TECHNIQUES D’ANALYSE

1024 683 LAB2U

Après la prise de sang à domicile, votre échantillon part au laboratoire. Selon les analyses demandées par votre médecin, différentes techniques vont être utilisées, techniques qui tirent leurs principes de la biologie, de la chimie ou de la physique.

A l’arrivée au laboratoire, les échantillons sanguins sont enregistrés et orientés vers les différentes pièces techniques en fonction des analyses à effectuer; Les analyses présentant des risques importants pour le personnel ou l’environnement, comme les analyses microbiologiques, sont effectuées dans des salles techniques confinées, isolées des autres pièces.

MICROBIOLOGIE

La microbiologie regroupe la bactériologie, la mycologie, la parasitologie et la virologie. Les analyses de microbiologie consistent à rechercher dans les prélèvements, par observations au microscope, la présence d’agents responsables de pathologies (ou agents pathogènes) comme les bactéries, champignons, parasites ou virus.

Les échantillons doivent parfois faire l’objet de cultures, c’est à dire être ensemencés dans des milieux propices à leur multiplication en vue de leur observation au microscope.  Une fois l’agent pathogène identifié, on peut vérifier à quel antibiotique il est le plus sensible, ce qui permet d’orienter la prescription du médecin. C’est ce qu’on appelle un antibiogramme.

BIOCHIMIE, IMMUNOLOGIE, HÉMATOLOGIE

La biochimie regroupe les analyses qui mesurent, dans un prélèvement sanguin, la quantité des constituants des liquides biologiques : hormones, graisses, sucres, fer, protéines, vitamines et minéraux par exemple. Il arrive souvent que plusieurs substances chimiques soient regroupées et mesurées en même temps. Ces analyses permettent d’évaluer la qualité de fonctionnement de certains organes et donc de détecter des anomalies.

L’immunologie permet de définir le statut immunologique du patient vis-à-vis d’agents infectieux comme les bactéries ou les virus, par exemple la toxoplasmose, les hépatites ou le VIH. Ces examens permettent de voir si le patient est protégé d’une infection ou encore de dater une infection pour savoir si elle est récente ou ancienne.

L’hématologie consiste en l’analyse des cellules du sang, mais aussi d’éléments dissous dans le plasma comme les facteurs de la coagulation ou les anticorps. Par exemple, la Numération Formule Sanguine ou la recherche de groupe sanguin.

Toutes ces analyses sont maintenant réalisées grâce à des automates. Les prélèvements sont parfois passés en centrifugeuse avant d’être placés dans les automates, pour y être souvent mélangés à des réactifs chimiques.

BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

La biologie moléculaire est apparue au XXème siècle, à la suite de l’élaboration des lois de la génétique, la découverte des chromosomes et l’identification de l’ADN (Acide Désoxyribonucléique) comme support de l’information génétique. Elle combine à la fois la génétique, la biochimie et la physique afin de comprendre les mécanismes de fonctionnement de la cellule au niveau moléculaire.

La biologie moléculaire a permis de développer des méthodes modernes, innovantes basées sur l’analyse de l’ADN ou de l’ARN, dont le nom apparaît parfois sur vos résultats : PCR (Réaction de Polymérisation en Chaîne), Western blot, Southern blot, Northern blot ou encore électrophorèse.

L’essentiel est de savoir que ces nouvelles techniques permettent une recherche plus précise et plus rapide d’agents pathogènes (infections virales, bactériennes, parasitaires…), ainsi que le dépistage et le diagnostic de maladies génétiques.

La biologie moléculaire est ainsi de plus en plus utilisée pour la détection des infections sexuellement transmissibles, la détection et la quantification des charges virales pour les hépatites et le HIV, et la détection d’agents pathogènes respiratoires, ou pour confirmer un premier diagnostic posé par une méthode plus « classique ».

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée